Depuis des années, les publicités télévisuelles présentent – à raison – les bienfaits d’un renforcement de l’émail dentaire grâce à un ajout raisonnable de fluor dans les dentifrices. Mais comment expliquer ce phénomène ? Gardons-nous le fluor sous cette forme sur nos dents ou réagit-il ? Et comment cet ajout de fluor renforce-t-il notre émail dentaire ? Voici donc quelques questions que nous allons aborder aujourd’hui.

Carie et chimie ?

Vu que tout est chimie, attaquons nous tout d’abord à l’explication chimique de la formation de carie dentaire. Il faut savoir que la bouche renferme un nombre considérable de micro-organismes, dont un grand nombre de bactéries qui sont appelées cariogènes. Celles-ci vont réagir avec les différents aliments et les dégrader, via un ensemble de mécanismes biochimiques, et produire des acides organiques qui auront, pour première conséquence, d’abaisser le pH.

Cette baisse de pH va directement impacter le tissu superficiel de la dent, l’émail. Tissu considéré le plus dur de l’organisme humain, l’émail est constitué d’un ensemble de structures élémentaires, appelés prismes ou cordons. Ces structures sont en fait des cristaux d’hydroxyapatite de calcium, la principale molécule constituante des os, de l’émail dentaire et de la dentine.

Quand la salive n’arrive plus à jouer son rôle tampon, le pH descend donc en dessous du seuil critique de 5.5 et l’hydroxyapatite de calcium, de formule Ca5(PO4)3(OH), va se solubiliser (c’est-à-dire se dissoudre), via la réaction entre les ions H+ et les ions hydroxydes (OH), pour produire de l’eau. C’est ainsi que globalement se déminéralise l’émail, et se créé une carie dentaire.

Email dentaire et fluor

L’ajout de fluor, en doses raisonnables, va avoir deux incidences :

  • Renforcer l’émail en produisant de la fluorapatite
  • Freiner la dégradation des aliments par les bactéries, et donc limiter la baisse du pH

Ainsi, lors d’une attaque acide, l’hydroxyapatite de calcium va réagir en présence de fluor en faible quantité, pour donner de la fluorapatite :

Ca10(PO4)6(OH)2 + F- + H+ → Ca10(PO4)6(OH)F + H2O

Ces fluorapatites sont moins sensibles à la déminéralisation que l’hydroxyapatite, l’ion F- étant une base plus faible que l’ion hydroxyde OH-. La fluorapatite a également l’avantage d’être plus compacte et plus régulière que l’hydroxyapatite, ce qui laissera moins de surface disponible aux attaques acides.

Excès de fluor ?

Enfin, il est à noter qu’un excès de fluor serait très dommageable pour nos dents, en provoquant notamment une fluorose, une concentration excessive de fluor dans l’émail des dents.

Pour aller plus loin :